Soutenez la revue Sociologies Pratiques en vous abonnant

Sociologies Pratiques est une revue de sociologie fondée en 1999 par le sociologue Renaud Sainsaulieu et l’APSE. Aujourd’hui éditée par les Presses de Sciences Po, Sociologies Pratiques est intégrée dans la liste des revues scientifiques reconnues par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES).

Cette revue atypique paraît deux fois par an (hors numéros spéciaux) et donne la parole aux chercheurs et aux praticiens afin de témoigner de réalités sociales émergentes, de comprendre les mouvements de notre monde et de donner à voir une sociologie appliquée.

Le projet éditorial de la revue recherche un équilibre entre monde académique et professionnel, entre compréhension et action, tout en portant un regard sociologique pour comprendre le changement social.

La volonté de croiser témoignages d’acteurs de terrain – qui agissent au cœur des transformations – et réflexions de chercheurs – qui donnent les résultats de leurs enquêtes les plus récentes – fait de Sociologies Pratiques un espace éditorial et intellectuel original qui s’adresse à tout lecteur intéressé par la sociologie en pratique.

L’APSE soutient activement la revue en proposant notamment des évènements réguliers autour de chaque numéro, permettant aux auteurs de prolonger leurs analyses auprès du public, et en relayant les appels à contributions vers les différentes sphères, professionnelles comme académiques.

Pour pouvoir permettre à Sociologies Pratiques de développer sa visibilité et de poursuivre ce projet éditorial atypique, la revue a besoin de soutien, à travers les abonnements.

Si vous le pouvez, nous vous invitons donc à vous abonner à la revue sur le site des Presses de Sciences Po grâce au lien suivant :
S’abonner en ligne à la revue Sociologies Pratiques

Les prochains numéros à paraître :
N° 39 : Entreprise et religions (diffusion mi-octobre 2019)
N° 40 : Renouveler la critique des outils d’évaluation chiffrés : le détour par l’observation ethnographique (diffusion : mi-avril 2020)
N° 41 : Peut-on manger sans risque ? Acteurs et instruments de la sécurité sanitaire (diffusion mi-octobre 2020)

Peut-on manger sans risque ? (appel à contributions)

La revue Sociologies Pratiques propose un appel à contributions pour son numéro 41 à paraître en 2020.

La revue Sociologies pratiques s’adresse aux chercheurs académiques et universitaires tout autant qu’aux professionnels, intervenants, consultants qui mobilisent la sociologie pour leurs travaux.

Les articles attendus peuvent être de deux natures.
D’une part, des analyses réflexives et sociologiques fondées sur des recherches empiriques récentes (analyses de témoignages, études de cas, débats critiques, etc.).
D’autre part, des analyses de pratiques professionnelles (témoignages de pratiques et réflexion sur les conditions de l’action, les justifications de l’action et les conséquences sur l’action).
Dans l’un comme dans l’autre cas, les articles doivent être analytiques et traiter de l’une ou de plusieurs des questions soulevées dans l’appel.
Les articles qui croisent différents axes développés dans l’appel sont les bienvenus.

Les intentions d’article (5.000 signes espaces compris) sont à adresser avant le 30 août 2019 par voie électronique à socioprat41@gmail.com
Elles devront contenir une présentation du questionnement sociologique, du terrain, de la méthodologie et des résultats proposés. Après examen, la revue retournera son avis aux auteurs le 30 septembre 2019. Les auteurs devront alors proposer une première version complète de leur article (27.000 signes espaces compris, bibliographie non comprise) pour le 20 novembre 2019. La revue paraîtra en octobre 2020. Toute intention d’article, comme tout article, est soumis à l’avis du Comité de lecture de la revue, composé des deux coordinateurs, des membres du Comité de rédaction et d’un relecteur externe qui œuvre en « double aveugle ». L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article. Le comité de rédaction se réserve le droit de demander des modifications aux versions successives et ce sans préjuger d’une publication finale.

Peut-on manger sans risque ?
Acteurs et instruments de la sécurité sanitaire

Coordination scientifique : Laure Bonnaud, IRISSO, INRA-CNRS-Université Dauphine, PSL
Coordination éditoriale : François Granier

Crise dite du « concombre tueur » (qui concernait des graines germées de fenugrec) en 2011 ; scandale européen des lasagnes de cheval en 2013 ; présences de salmonelles dans le lait infantile produit par une usine du groupe Lactalis en 2017-18 ; controverses récurrentes sur la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes ou sur l’interdiction du dioxyde de titane utilisé comme additif dans les bonbons… : la longue liste des crises et scandales alimentaires en Europe ces dernières années montre la permanence des fraudes et des risques sanitaires de l’alimentation. Pourtant, en 2002, l’adoption par l’Union européenne de la General Food Law Regulation entendait tirer les conséquences des crises des années 1990, en particulier de la crise de la vache folle. L’encéphalite spongiforme bovine, ou ESB, avait provoqué des décès dus au nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt Jakob, mis à mal la filière de la viande bovine en Europe, l’organisation des services de contrôle et la solidarité entre États-membres. La Food Law, puis l’ensemble des règlements européens du Paquet hygiène, entré en vigueur en 2006, marquaient une évolution des principes de l’action publique européenne (séparation de l’expertise et de la décision, nécessaire communication sur les risques), transformait les institutions en charge de la sécurité de l’alimentation (création des agences, dont l’European Food Safety Authority –EFSA, au niveau européen) et annonçait une nouvelle répartition des rôles entre acteurs économiques et autorités publiques, avec l’affirmation de la responsabilité des industries de l’alimentation quant aux produits qu’elles mettent sur le marché. Près de vingt ans après cette réorganisation de l’ensemble du dispositif de sécurité sanitaire des aliments, on peut se demander comment a évolué l’action publique de ce secteur, comment les acteurs publics et privés ont modifié leurs pratiques et leurs métiers, dans quelle mesure les consommateurs ont fait évoluer leurs comportements, et pour quelles raisons le dispositif existant produit la répétition des crises sanitaires et des fraudes alimentaires.

1/ La qualité de l’alimentation : un problème public en constante expansion ?

Les travaux d’historiens publiés au début des années 2000 ont mis en évidence le souci constant des autorités publiques de garantir une nourriture de qualité pour les populations qu’elles gouvernent. La répartition des responsabilités entre acteurs publics et privés a cependant souvent variée, si l’on songe à la forte implication des guildes au moyen-âge, à l’intérêt marqué des Etats à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ou à la corégulation actuellement en place dans l’union européenne. De nombreuses recherches ont été menées sur les institutions nouvellement instaurées au début des années 2000, en particulier sur les agences d’expertise ou sur la définition des nouveaux instruments d’action publique, par exemple la méthode H.A.C.C.P (Hazard Analysis – Critical Control Point), ou la mise en place de la traçabilité… Elles ont cependant souvent concerné les premiers temps de ces réformes et de nouveaux travaux seraient indiscutablement utiles pour mieux analyser leur impact à moyen terme. De plus, certaines crises récentes ont porté l’attention sur de nouveaux enjeux, par exemple le lobbying de certains acteurs industriels, le rôle d’alerte des associations de victimes ou le décalage entre l’expertise des agences et la décision réglementaire, la qualité des aliments distribués par les organisations caritatives… Enfin, alors que les crises des années 1990 ont généralement impliqué des dangers microbiologiques ou liées aux maladies animales (ESB, tuberculose), l’attention semble s’élargir à de nouveaux types de risques, comme les résidus chimiques (pesticides, additifs alimentaires), ou les nanomatériaux, et à leurs conséquences en termes de maladies chroniques. L’analyse de la gouvernance de la sécurité sanitaire de l’alimentation mérite donc d’être approfondie dans ce contexte renouvelé. Le rôle des associations environnementales, de victimes ou de consommateurs pour la sécurité de l’alimentation, l’interpellation des pouvoirs publics, la gestion de crise ou l’information de la population pourrait également être l’objet de propositions d’articles. Enfin, en France, la fusion départementale des services vétérinaires et de la répression des fraudes illustre ce nouveau cadrage de l’action publique, tournée vers la qualité de l’alimentation, quelle que soit l’origine des dangers et des risques qui la menace. Néanmoins, les origines de cette réforme, ainsi que les référentiels réglementaires ainsi établis n’ont pas encore fait l’objet de publications quant aux rationalités à l’œuvre ou aux implications en termes d’action publique. De tels travaux seraient particulièrement les bienvenus pour ce numéro.

2/ Vers une reconfiguration des métiers de la sécurité sanitaire de l’alimentation ?

La mise en œuvre du Paquet Hygiène a donné lieu, depuis le début des années 2000, à des recherches sur le travail dans les services en charge du contrôle de la sécurité sanitaires des aliments, dans une perspective articulant sociologie du travail, sociologie du droit et sociologie de l’action publique. Les abattoirs ont constitué un lieu privilégié d’observation, y compris les enjeux en termes de santé au travail pour les agents de l’Etat en charge de l’inspection. Les recherches abordent les pratiques et l’organisation de travail, le rapport au droit des inspecteurs, notamment la façon dont ils articulent sanction et accommodement des règles, ainsi que la nature et les conditions des interactions entre contrôleurs et contrôlés, dans un contexte parfois tendu avec les professionnels inspectés. La déclinaison concrète des nouveaux principes de la Food Law dans les services d’inspection, par exemple la communication sur les risques, a également été objet de quelques publications, qui pourraient cependant être enrichies d’analyse sur le travail de prévention à destination des consommateurs et les tentatives de modifications de leurs comportements. Certaines dimensions du travail des agents de l’Etat, en particulier la formation, la gestion de crise et d’alerte, la nécessaire évolution des savoirs et des méthodes d’inspection dans une économie de flux, sont moins bien connus. Par ailleurs, l’impact des réformes de l’Etat sur l’action publique de sécurité sanitaire des aliments mériterait d’être davantage investigué. La Cour des comptes a déjà publié à deux reprises, en 2014 et 2018, des alertes sur la perte de maîtrise, par l’Etat, de son système de sécurité sanitaire de l’alimentation. Elle met notamment en évidence les effets des réductions massives d’emplois dans les services territoriaux. De nouvelles analyses du travail des agents de l’Etat, dans leur diversité (experts, enseignants et formateurs, fonctionnaires des administrations centrales comme des services déconcentrés) sont particulièrement attendues.

3/ Les entreprises agroalimentaires, seules responsables de la sécurité de l’alimentation ?

Avec la Food Law, les entreprises agroalimentaires, réglementairement responsables des produits qu’elles mettent sur le marché, sont les acteurs incontournables de la sécurité sanitaire de l’alimentation. On entend ici entreprises agroalimentaires au sens large, depuis les producteurs fermiers jusqu’aux multinationales du secteur. De façon générale, le dispositif européen de sécurité sanitaire de l’alimentation semble recomposer la frontière entre ce qui relève de l’État et ce qui relève des entreprises, y compris dans la mise en œuvre d’une politique réglementaire. Ainsi en est-il de la reconnaissance, par les autorités publiques, d’un certain nombre de contrôles des entreprises agroalimentaires, selon des modalités très diverses : autocontrôles, éventuellement avec obligation de communication des résultats aux services de contrôle ; projet de délégation des contrôles à des sociétés d’audit en remise directe (restaurants, commerces de proximité…) ou aux abattoirs pour les productions industrielles ; définition par l’administration de variation de l’intensité des contrôles officiels en fonction de l’obtention de certaines certification par les entreprises agroalimentaires, etc. De plus, la mise en œuvre des réglementations existantes suppose une grande implication des entreprises. Or le fonctionnement interne des entreprises agroalimentaires en matière de prévention et de gestion des risques reste mal connu, en particulier pour les plus importantes d’entre elles.

Pour cet appel à articles, le type d’entreprises concerné par la prévention et la gestion des dangers de l’alimentation peut être élargi au-delà du seul secteur de l’agroalimentaire. Les entreprises de production d’additifs, d’emballage, de la logistique, les laboratoires d’analyse, les acteurs de la distribution, etc. peuvent également contribuer à la sécurité de l’alimentation et donc faire l’objet de propositions d’articles. En tenant compte de cet tel élargissement, les contributions pourrait concerner le fonctionnement interne des établissements ou des filières en faveur de la sécurité de l’alimentation (dont la mise en œuvre de la traçabilité ou des systèmes HACCP), mais aussi l’analyse de l’information et de la communication, de la promotion de produits nouveaux, ou reformulés (notamment l’étiquetage des produits, par exemple « sans » pesticides, additifs, etc.), des campagnes de publicité autour de l’alimentation saine, de l’articulation entre des données d’entreprises et des logiques sanitaires (comme le contact des clients avec les cartes de fidélité lors des procédures de retrait-rappel), etc. Les travaux à ce sujet restent peu nombreux et la revue accueillera avec beaucoup d’intérêt la présentation de nouvelles recherches dans ce domaine.

4/ Des outils sociotechniques au service des consommateurs pour garantir la qualité de l’alimentation ?

La prévention et la gestion de la sécurité sanitaire des aliments supposent que les acteurs sociaux qui en sont chargés soient équipés : des prélèvements et tests de laboratoire sont régulièrement effectués, impliquant parfois une analyse ADN lorsqu’il s’agit de garantir une origine ; la traçabilité n’est pas envisageable sans support informatique dans une économie mondialisée ; certains militants développent des sites internet ou des applications pour déclarer des toxi-infections alimentaires (exemple de https://iwaspoisoned.com/). Les applications pour smartphones qui proposent des informations sur la composition des aliments, pour manger mieux ou manger sain, ou supprimer certains ingrédients ou additifs semblent se multiplier. Face à cette évolution du rapport à l’alimentation, les services de l’Etat ne sont pas sans réaction. La mise en place de l’application Alim’confiance, qui permet de consulter les résultats des contrôles avant de choisir un restaurant, va également dans le sens d’un déploiement d’outils qui permettent aux consommateurs de participer à la sécurité sanitaire du système alimentaire. Le travail d’innovation autour de ces outils, y compris la délicate question de la propriété des données, ainsi que l’usage de ces services par les consommateurs, sont encore mal connus et des éclairages sociologiques de ces pratiques serait les bienvenus. Plus généralement, les évolutions du travail que ces outils impliquent, dans les entreprises comme dans les services de contrôle, restent pour le moment un impensé des analyses sociologiques, une lacune que notre dossier pourrait contribuer à lever.

Présentation de la revue

Sociologies pratiques est une revue de sociologie fondée en 1999 par Renaud Sainsaulieu et l’Association des professionnels en sociologie de l’entreprise (APSE). Elle est aujourd’hui éditée par les Presses de Sciences Po. La revue est intégrée dans la liste des revues scientifiques reconnues par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES). Elle est répertoriée sur les bases Francis et Cairn. Sociologies pratiques paraît deux fois par an. Ses numéros thématiques (environ 200 pages) donnent la parole à des chercheurs et à des praticiens afin de témoigner de réalités sociales émergentes et de comprendre les mouvements de notre monde. Le projet éditorial de la revue rend compte d’une sociologie appliquée. En ce sens, il recherche un équilibre entre monde académique et monde professionnel, entre compréhension et action, tout en portant un regard clairement sociologique pour comprendre le changement social. La volonté de croiser témoignages d’acteurs de terrain – qui agissent au cœur des transformations – et réflexions de chercheurs – qui donnent les résultats de leurs enquêtes les plus récentes – fait de Sociologies pratiques un espace éditorial et intellectuel original qui s’adresse à tout lecteur intéressé par la sociologie en pratique.

Appel à contribution permanent

Outre le dossier thématique composé des articles retenus à partir de l’appel à contributions, Sociologies pratiques propose d’autres rubriques ; par exemple : Sociologies d’ailleurs, Le Métier, Lectures, Échos des colloques, Bonnes feuilles des Masters. Des varia peuvent aussi être publiés.

Rubrique « Échos des colloques »

Qui n’est pas un jour passé à côté d’un colloque auquel il serait bien allé ? « Sociologies Pratiques » propose à ses lecteurs une rubrique « Échos des colloques ». Il s’agit d’évoquer sous une forme concise et personnelle (7.000 signes maximum), les colloques auxquels des lecteurs, désireux de faire partager à d’autres leurs impressions, ont participé.

Rubrique « Le métier »

La rubrique « Le métier » est l’un des marqueurs éditoriaux de Sociologies pratiques, revue ouverte sur les usages non académiques de la sociologie. En valorisant l’expérience d’une sociologie appliquée (recherche-action, étude, expertise, conseil, évaluation de politiques publiques…), cette rubrique offre à des intervenants qui « font » de la sociologie, mais aussi la « déforment » du fait de leurs usages, l’opportunité de rendre compte de leur pratique et de signifier ce qu’apporte le détour sociologique aux organisations pour lesquelles ils travaillent. Il est attendu des auteurs qu’ils fassent preuve de réflexivité et qu’ils exposent, outre leur terrain et leurs résultats saillants, les stratégies qu’ils parviennent (ou non) à mettre en place pour faire accepter leur approche sociologique, qui déconstruit souvent les certitudes des commanditaires et va à l’encontre des discours convenus dans les organisations.

____________________

Quand les sociologues répondent à la commande : de nécessité faire vertu (compte-rendu)

Le mardi 14 mai 2019, à l’université Paris 3, nombreux ceux qui sont venus débattre des pratiques du sociologue, thème au cœur du fondement de notre association.

La parution des numéros de la revue Sociologies Pratiques : numéro 36 « La sociologie sur commandes ?  et numéro 37 Des sociologues sur le fil de la demande a nourri la réflexion sur l’art et la manière des sociologues de trouver des marges de manœuvre, des marges d’intervention dans un périmètre qui est balisé et contraint par des commandes qui font peu cas de ce qu’est la sociologie.

La participation de quatre auteurs à trois tables-rondes a enrichi le débat avec des exemples de terrain.

  • Agathe Devaux-Spatarakis, Sociologue, Quadrant Conseil & Centre Emile Durkheim, UMR, CNRS 5116 :

Article avec Thomas Delahais dans SP 36 : « Évaluation des politiques publiques et sociologie : état des lieux d’une relation distanciée »

  • Anne-Claudine Oller, Sociologue, Maître de conférences en Sciences de l’Education à l’UPEC (Université Paris Est Créteil), et chercheure au LIRTES et rattachée à l’OSC (Observatoire Sociologie Changement) et au LIEPP – Sciences Po.

Article avec Sandrine Garcia dans SP 37 : « Mettre en place une pédagogie rationnelle : de la théorie sociologique aux obstacles sociaux »

  • Elsa Lagier, Docteure en sociologie, chercheure associée au LIRTES (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur les Transformations des pratiques Éducatives et Sociales) EA 7313 – Université Paris Est Créteil. Formatrice/chercheure à Buc Ressources, Le campus des métiers du social 

Article dans SP 36 : « La sociologie au service des économies d’énergie ? Déconstruire les implicites de la commande initiale pour mieux y répondre »

  • Denis Salles, Directeur de recherches, (IRSTEA) Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, Bordeaux et Directeur Adjoint du Labex COTE (www.labexcote.fr) en charge du transfert et de la valorisation.

Article avec Charles de Godoy Leski, Vincent Marquet dans SP 37 : « Sociologie et recherche inclusive : prospective collaborative pour un agenda de recherche sur l’eau »

Ces tables rondes ont été animées par les coordinateurs des numéros, membres du comité de rédaction de la revue :

  • François Granier, Sociologue, Chercheur associé, CNRS-LISE
  • Laurence Ould Ferhat, Sociologue évaluatrice, ADEME et Laboratoire « Printemps » UVSQ
  • Pierre Moisset, Sociologue intervenant
  • Pascal Thobois, Sociologue intervenant et chargé d’enseignement à Sciences Po. Paris

Nous ne vous livrons pas ici une retranscription intégrale de cette conférence-débat dense et pertinente mais seulement quelques propos pour vous donner un aperçu de cette soirée.

La conférence-débat a été introduite par Laurence Ould Ferhat qui, pour situer ces numéros de Sociologies Pratiques, a fait part de leur genèse. Deux aspects ont présidé au choix du thème. Le premier aspect partant d’un constat sur l’état de la commande en sociologie : la sociologie est convoquée pour rendre compte d’une acceptabilité sociale ; par rapport à une vision utilitariste de la sociologie qui fournit un instrument conformatiste. Le second aspect tient de l’hypothèse qu’il y aurait toujours du travail pour les sociologues mais dans une production guidée par le marché dont les résultats seraient cadrés pour répondre à des commandes institutionnelles publiques ou privées.

Puis, elle s’est attardée sur le contenu des numéros : les effets des commandes institutionnelles ou privées sur le métier de sociologue et les conséquences pour la discipline, en citant l’ensemble des auteurs et leurs apports qui viennent infirmer le plus souvent les hypothèses de départ de l’appel à articles.

Dans ces deux numéros, les rôles et la place des sociologues constituent selon elle, l’énigme sociologique qui s’illustre de la manière suivante :

  • Des sociologues confrontés à des attentes de quantification de la performance, de communication et de persuasion chez les commanditaires. Les sociologues sont chargés de contribuer à la résolution de problèmes relevant du management, de la gestion, du marketing, de l’évaluation… Les commandes peu « sociologisées » sont vulnérables à l’instrumentalisation. En effet, la commande ne s’adresse pas à ce qu’est la sociologie et la réponse serait plutôt pluridisciplinaire. La vocation de savoir critique des sociologues n’est pas attendue. Elle doit s’imposer au cours de la prestation.

Face à ce malentendu consubstantiel de la commande de sociologie générant un malaise chez les sociologues, il existe une approche constructiviste. Les sociologues trouvent leur compte malgré tout pour exercer leur métier : un regard critique est préservé. Ils parviennent à exercer leur métier en dépit des contraintes, ce qui se veut rassurant pour la discipline.

  • Les sociologues du 21ème siècle se construisent une autonomie professionnelle en s’appuyant sur des failles de la commande. Des aliénations de la commande leur procurent des ressources qui leur permettent de passer entre les mailles du filet et de desserrer l’étau de la commande. La première ressource tient à l’ambivalence des commandes : un besoin latent de compréhension, un besoin d’intelligibilité non formulé par les commanditaires. La deuxième ressource réside dans le flou des commandes : un besoin d’aide pour un objet non défini. La troisième ressource provient du soutien de la demande social au sens de la sociologie publique : l’attente d’une sociologie émancipatrice. Dans les trois cas, l’apport de sens fonde la pertinence du sociologue.
  • Ces sociologues renouvellent des pratiques face à la complexité et à la duplicité des commandes. Les pratiques sont inventives et n’utilisent plus le vocable de la dénonciation face à « l’impensé du monde néo-libéral ». Ces sociologues mobilisent de nouvelles postures qui rompent avec celles établies. Ils opèrent dans un cheminement avec les enquêtés et les commanditaires qui deviennent des partenaires de recherche. Trois types de professionnalités leur permettent de rester sociologue face à des commandes étrangères à l’univers de pensée sociologique et face au décalage entre la commande et le marché :
    • Une professionnalité assumée où les sociologues défendent ouvertement l’intérêt de la posture sociologique auprès des commanditaires et les font évoluer et déplacent la commande sur le terrain de la sociologie.
    • Une professionnalité clandestine qui emploie la ruse pour faire passer des messages sociologiques, une tactique de piratage bienveillant pour ne pas affoler le commanditaire.
    •  Une professionnalité dédoublée qui consiste à changer de temporalité dans les rôles de consultant et de scientifique dans le but de satisfaire en même temps la commande et une publication pour la recherche.

Pour conclure Laurence Ould Ferhat livre ce constat : la sociologie comme savoir critique résiste encore bien. Cependant, elle rajoute : pour combien de temps ? Tout en faisant preuve de pessimisme sur l’avenir de la discipline en ce qu’elle conçoit de ce qui fait lien social, Laurence Ould Ferhat relève le phénomène de résistance de la sociologie provenant moins d’une demande institutionnelle jugée frileuse que de l’offre, de l’engagement des sociologues et des attentes de la société civile en demande de démocratie.
Ainsi des questionnements demeurent : Est-ce que la sociologie va muter pour obéir à un imaginaire a-social ? Va-t-elle devenir subrepticement un instrument au service du nouveau régime de gouvernement néolibéral, avec disciplinarisation et formatage des conduites humaines à la clef ? La « désociologisation » du travail du sociologue est-elle déjà en marche ? Pour survivre, la sociologie du XXIème siècle va-t-elle devoir perdre son fondement de critique sociale et se soumettre aux intérêts des dominants ? Ou va-t-elle rentrer en résistance ? 

Les tables rondes sont entrées en scène pour étayer l’introduction et permettre un débat avec les participants.

1ère table ronde : La demande de sociologie existe-t-elle ?

A partir de leur expérience de terrain, l’évaluation des politiques publiques pour Agathe Devaux Spatarakis et Engie Chauffage pour Elsa Lagier, les deux contributeurs ont répondu à François Granier sur l’existence d’une demande de sociologie. L’une et l’autre ont été confrontées à une demande pour un problème à régler et non pas à une commande initiale de sociologie. De fait, la question de leur légitimité et des points de vigilance dans leurs actions leur a été posée. A cela, elles disent avoir eu à faire face à une représentation erronée du sociologue le cantonnant dans une intervention sur le social. Faire accepter une approche critique, dans le cas de l’évaluation de l’action publique avec la mise en place d’un cadre de l’évaluation, des entretiens pour comprendre les enjeux et les réseaux d’acteurs et la pluralité de valeurs, apport d’une vision systémique aux acteurs (Agathe Devaux)  et, dans le cas de l’économie de l’énergie (Elsa Lagier) la restitution de la réalité et un éclairage à travers une catégorisation des variables et une typologie des comportements. Que la commande soit explicite ou co-construite avec le commanditaire, l’apport du dialogue dans le processus de compréhension a été indéniable. Dans les deux cas, la vigilance a été de mise face à la pression de recherche de solutions et l’envie de partenariat, toutefois l’octroi des marges de manœuvres a été possible.

En réponse aux questionnements du public, chacune a mis en avant l’importance de la compréhension du cahier des charges, du travail de reformulation de la demande avec les commanditaires et les parties prenantes, de l’élargissement de la commande à tous les acteurs. Ce sont, selon elles, autant de vertus de la posture de sociologue qui leur a conféré de la notoriété et a donné de la crédibilité à la démarche sociologique au vu de la diversité des approches disciplinaires sur le marché. Le secret de la réussite serait d’accepter une distanciation du métier idéal dont la contrepartie serait un accès à des terrains intéressants.

2ème table ronde : Peut-on faire de la sociologie autrement ?

Pascal Thobois a démarré cette deuxième table ronde dans les pas de la première table ronde en effectuant cependant un préambule portant sur une lecture transverse des articles qui pointe des modalités diverses d’intervention ou de recherches avec des choix méthodologiques innovantes grâce au travail autour de la commande. Dans les numéros, il s’est décliné de « d’entrisme méthodologique », présentant une « recherche impliquée » dans la démocratie participative ; de l’interdisciplinarité liée à des collaborations avec des représentants d’autres domaines scientifiques ; de la « recherche inclusive ou collaborative » consistant à associer, de différentes manières, les acteurs de terrain à la démarche sociologique en utilisant la réflexivité des acteurs. Des articles montrent les difficultés et les freins à l’acceptation des innovations de la part du monde académique, la complexité d’une sociologie en actes.

A la suite de ce panorama, Pascal Thobois a invité les contributeurs à relater leurs choix méthodologiques et préciser en quoi ces choix déformaient-ils ou dépassaient-ils le cadre méthodologique « classique » en sciences sociales (où l’enquêteur seul construit son objet de recherche dans un champ disciplinaire assez clos et opère en extériorité par rapport à son terrain). L’objet de la discussion étant de savoir si on pouvait faire de la sociologie autrement ? Et comment ?

Les auteurs ont montré que l’on peut être loin des recherches ou des études classiques avec une co-construction de l’objet d’investigation avec le commanditaire, le terrain, avec des disciplines qui s’hybrident. Le sociologue n’est pas seulement dans une place de savant mais met à contribution le terrain.

Anne-Claudine Oller a été la première à se prononcer sur la manière dont les connaissances sociologiques pouvaient s’approprier dans l’action. Son travail d’apprentissage sur la lecture ne venait pas d’une commande mais d’une demande de contre-partie à un travail d’enquête de thèse. Au-delà d’une observation participante, son travail sur des ateliers de lecture a permis de regarder des pratiques de lecture mais aussi de mener une analyse sur la production et le renforcement des inégalités sociales, d’établir des relations de coopération avec les enseignants, voir de les conseiller.

Quant à Denis Salles, il a présenté son expérience de faire de la sociologie avec d’autres dans le cadre des agendas de recherche, dispositifs stratégiques de programmation de la recherche et recherche sur les enjeux sociétaux visant à hisser l’université de Bordeaux dans les classements internationaux. Son registre étant la gestion de l’eau. Il lui a fallu construire des partenariats avec la société et le monde socio-économique avec une équipe de sociologues. Dans son cas, les aspects inédits ont été la démarche d’implication des chercheurs avec des plates-formes présentant un dispositif et des outils structurants ainsi qu’une restitution avec des chercheurs et acteurs restituant des scénarios. Le cadre conceptuel classique n’a pas été mis de coté pour autant (analyse de réseaux, enquêtes par entretiens, animation de groupe de travail). Denis Salles a signalé son adoption d’une posture de réflexivité et d’inclusion dans la démarche ainsi que d’engagement des sociologues qui seraient les garants de l’organisation de l’agenda.

La seconde question de cette table ronde a été de se préoccuper de l’incidence de ces choix sur le protocole et le commanditaire. Les deux contributeurs s’accordent sur l’attente d’un résultat opérationnel de la commande et de fait, le commanditaire comme le sociologue sont amenés à faire des déplacements dans leur posture « classique » et des transactions sont nécessaires. Pour eux, tous les acteurs (y compris le sociologue) sont concernés et impliqués. Ils partagent le principe de recherche d’objectivation des résultats et des méthodes, caractéristique de la sociologie.

Le public a apporté d’autres cas montrant que la commande n’est pas en attente d’un sociologue mais de solutions. En cela, la sociologie doit faire la preuve de sa légitimité de son rôle. Le sociologue qui doit prendre du recul, est amené à composer pour obtenir des résultats d’où une démarche d’intervention difficilement reconnue dans le monde académique

3ème table ronde : Le sociologue peut-il être aussi un acteur dans la société ?

Pour animer cette dernière table ronde, Pierre Moisset s’est employé à provoquer le débat en dressant un tableau de la place et rôle du sociologue à partir de quelques articles des numéros. Tout d’abord le sociologue cantonné à n’être qu’un critique virulent et sans écho, ou du moins peu entendu, ou bien à n’être qu’un prestataire discret, embarqué dans les attendus de la commande qui lui est faite, puis le sociologue en prise avec la situation concurrentielle de la recherche institutionnelle et l’état de financement de la recherche, et avec des zones de compromis et compromissions variables dans la confrontation aux affluents de la commande et des commanditaires.

La question posée est la place que peut prendre aujourd’hui le sociologue face à la demande sociale de sociologie et, plus largement, dans la société. Toutefois, Pierre Moisset reformule la question en interrogeant sur ce que fait la sociologie et l’impact de l’action du sociologue (se reférant à F. Dubet ). Il revient à demander : pourquoi ne croit-on pas à la sociologie ?

Les contributeurs (Agathe Devaux Spatarakis, Anne-Claudine Oller, Elsa Lagier et Denis Salles ) se sont prononcés en dessinant à leur tour un portrait et un référentiel du métier de sociologue :

  • Au vu du contexte, il faut faire bouger l’image du sociologue et aussi le sociologue lui-même avec une prise de conscience d’être dans un nouveau champ qui réclame une nouvelle posture, une remise en cause de certaines pratiques avoir des règles d’actions
  • Remettre des collectifs au sein des débats, de l’intelligence dans les sujets, placer des logiques sociales dans l’explication des phénomènes, interroger la question de la responsabilité non pas au niveau individuel seulement
  • Le travail du sociologue serait de lutter contre les croyances en la doxa, d’où un travail de formation et de pédagogie
  • Soutenir le sociologue engagé, acteur intégré et impliqué dans les problématiques sociétales et dans leur sujet d’expertise

Les participants eux aussi ont poursuivi l’exercice, en réaction à un étonnement feint que la sociologie ne serait pas une production de savoir et de capacité d’agir. Il est acquis que le sociologue est un acteur à part entière ; de l’importance de la sociologie critique et compréhensive, de l’existence d’acteurs réflexifs pour une sociologie pragmatique

20 heures 50 !

La conférence–débat a été interrompue par le rappel de l’heure de la fermeture des locaux à 20h30. Des réflexions sont restées en suspens notamment sur les places possibles du sociologue…

Nous vous invitons à lire ces deux numéros de Sociologies Pratiques, et à vous abonner sur le site des Presses de Sciences Po pour soutenir ce travail de réflexion !

Merci à Danielle Cerland-Kamelgarn, vice-présidente de l’APSE, pour ce compte-rendu.

Sociologies Pratiques n° 37 – Des sociologues sur le fil de la demande

Quand les sociologues répondent à des commandes, comment y répondent-ils ?
Les reformulent-ils pour faire émerger ce qu’ils considèrent comme des demandes sous-jacentes ?
Sont-ils au contraire instrumentalisés ?
Quelles pratiques d’enquête et de restitutions proposent-ils pour répondre aux commanditaires ?
Celles-ci favorisentelles les échanges entre les sociologues et les acteurs de terrain, les décideurs, les citoyens… ?
La sociologie y trouve-t-elle l’occasion de moderniser ses théories et concepts et de consolider sa pertinence en écho aux interrogations de nos sociétés ?

Entretien avec Annie THÉBAUD-MONY
PIERRE MOISSET

Entretien avec Michel WIEVIORKA
FRANÇOIS GRANIER

Sociologie et recherche inclusive : prospective collaborative pour un agenda de recherche sur l’eau
CHARLES DE GODOY LESKI
VINCENT MARQUET
DENIS SALLES

L’expertise en sciences sociales : une affaire politique ?
DANIEL BENAMOUZIG
OLIVIER BORRAZ
JEAN-NOËL JOUZEL
DANIELLE SALOMON

Le chercheur au chevet de la démocratie ?
RÉMI LEFEBVRE
MARTINE LEGRIS

La place de la sociologie au sein d’une recherche-action collaborative
ÉRIC BOUTROY
BASTIEN SOULÉ

Une pédagogie impliquée. Les défis d’une coopération citoyenne sur les enjeux urbains
AGNÈS DEBOULET
CLAUDETTE LAFAYE

La recherche-action dans le champ de la lutte contre les exclusions
MARIE LOISON-LERUSTE
ANNE PETIAU

Mettre en place une pédagogie rationnelle
SANDRINE GARCIA
ANNE-CLAUDINE OLLER

Comment faire de la sociologie publique ?
MONIQUE HIRSCHHORN

Disponible :

En format numérique sur www.cairn.info

En version papier sur les Presses de Sciences Po  

Abonnements

Cinéma, théâtre, BD, séries… Quand l’art saisit le travail (Paris, 18 avril 2017)

La thématique du travail et de son organisation nourrit régulièrement, et depuis longtemps, les réalisations artistiques, que cela soit dans le théâtre, le cinéma, la bande-dessinée, la littérature, les séries télé et bien d’autres formes artistiques.

Elle leur fournit caractères humains, dramatisation, ancrage social, ressorts d’intrigue, mettant au jour les dimensions sensibles et politiques du travail que la recherche scientifique ne parvient pas aisément à restituer.

Que trouvent les artistes dans le travail et dans la production scientifique circulant à son sujet ?
Que devient cette production dans l’art ? Comment l’art saisit-il le travail ?
À l’inverse, qu’en retirent les chercheurs et les praticiens d’utile à leur réflexion et à leur pratique ?

Comment artistes et sociologues dialoguent-ils sur les différentes dimensions contemporaines du travail ?

Ce sont à ces différents questionnements que nous vous invitons à venir échanger, dans un cadre atypique et décontracté, avec les coordinateurs et des auteurs du numéro 33 de la revue Sociologies Pratiques (Presses de Sciences Po). Venez également partager vos propres expériences et questionnements sur cette thématique !

L’animation sera assurée par un membre de l’APSE.

Cet évènement est gratuit et ouvert à tous, adhérents ou non de l’APSE,  nous vous attendons nombreuses et nombreux !
Chacun paie sa consommation pendant l’échange auprès de l’établissement qui nous accueille gracieusement.

Sociologies Pratiques 33

Parmi les articles du numéro 33 qui seront discutés à l’occasion de cette rencontre :

D’une représentation l’autre : Dialogue entre artistes et chercheurs autour des questions du travail
Emmanuelle Savignac

L’illusion du comique vous emmène quelquefois du côté de la vérité – Entretien avec Christophe Dejours
Aurélie Jantet et Emmanuelle Savignac

Cette dimension humaine, incarnée, émotionnelle, de l’expérience du travail – Entretien avec Yasmine Bouagga et Claire Braud
Frédéric Rey, et  Emmanuelle Savignac

Il faut trouver, théâtralement, la façon de dire Taylor – Entretien avec Fabienne Brugel et Jean-Paul Ramat
Pierre Lénel et  Emmanuelle Savignac

Esthétique et politique de la résistance au travail dans Les Temps modernes
Stéphane Debenedetti, Isabelle Huault, Véronique Perret

La lutte des Lejaby mise en scènes
Caroline Ibos, Géraldine Schmidt, Damien Mourey, Natalia Bobadilla

The Wire, une représentation attentive du travail – De la coopération horizontale
Stéphane Le Lay

Violence des échanges en milieu tempéré – Un film face à son public
Frédéric Moulène

Le numéro 33 de Sociologies Pratiques est disponible :

En format numérique sur www.cairn.info

En version papier aux Presses de Sciences Po

Les adhérents de l’APSE bénéficient d’un tarif privilégié d’abonnement à la revue : cliquez ici pour adhérer et soutenir à la fois l’APSE et Sociologies Pratiques.