La sociologie sur commandes ? (Sociologies Pratiques n°36)

SP 36

 

La communauté des sociologues s’interroge de manière quasi permanente sur son utilité, son rôle social, son épistémologie et ses méthodes.
Si ces questionnements sont légitimes, ne convient-il pas aussi d’identifier les demandes qui lui sont adressées ?
Ce numéro traite trois séries d’interrogations :

  • quels sont les objets pour lesquels les sociologues sont sollicités et quels sont ceux qui leur échappent ?
  • À la lumière de leurs productions, quels diagnostics peuvent-ils établir sur leur discipline ?
  • En quoi les demandes faites aux sociologues et leurs réponses éclairent-elles la relation entre la discipline et nos sociétés ?

Entretien avec Alexandre LARGIER
PASCAL THOBOIS

Entretien avec Vincent SPENLEHAUER
LAURENCE OULD-FERHAT

La difficile émergence du marché de la prestation de services sociologiques
GRÉGORI AKERMANN

Réagir, anticiper, soutenir : ce que le monde du travail attend des sociologues
ANNE-CLAUDE HINAULT
FLORENCE OSTY
LAURENCE SERVEL

Evaluation des politiques publiques et sociologie : état des lieux d’une relation distanciée
THOMAS DELAHAIS
AGATHE DEVAUX-SPATARAKIS

Mesurer et comprendre : quelles demandes pour quelles disciplines ?
JULES SIMHA

Valoriser au plan académique une « évaluation »
GÉRALD GAGLIO

Recherche contractuelle et rapport des institutions à la réflexivité
LISE DEMAILLY

Les institutions de la nature : un potentiel de recherche sociologique à développer
ISABELLE ARPIN
ARNAUD COSSON

Histoire d’une demande d’accompagnement sociologique en entreprise
ELSA LAGIER

L’intervention sociologique en association
ELISABETTA BUCOLO
JOSEPH HAERINGER

Disponible :

En format numérique sur www.cairn.info

En version papier sur les Presses de Sciences Po

Abonnement à tarif privilégié avec adhésion APSE

L’irrésistible ascension des plateformes numériques : horizontal vs vertical ?

Nous faisons suivre ici une annonce de conférence qui pourrait intéresser les membres de notre association.

Le 8 novembre 2017, Jean-Michel Saussois, professeur émérite de ESCP Europe, propose une table ronde consacrée aux plateformes numériques marchandes tentera de répondre aux questions suivantes :
  • Les formes organisationnelles à structure horizontale vont-elles prendre progressivement la place des formes organisationnelles à structure verticale ?
  • Avec le modèle économique des plateformes marchandes,  assiste–t-on à  un retour en arrière évoquant plutôt un modèle pré-capitaliste caractérisé par le “domestic system” ?
  • Quelles sont les réponses de l’Etat en termes de régulation et de nouvelles politiques publiques ?
  • Quelles seront les conséquences de la multiplication des plateformes marchandes numériques sur le salariat mais  aussi sur la structuration de la société ?
Exemple : les grandes entreprises mondiales verticalement intégrées comme le groupe Accor dans le secteur de l’hôtellerie sont-elles condamnées à disparaître face à Airbnb, à l’instar du petit commerce du Second Empire contraint de céder sa place aux grands magasins ?
Interviendront durant cette manifestation :
Aurélien Acquier (Escp Europe), Christophe Benavent (Université Paris 10) et Jean-Michel Saussois (Escp Europe).
Animation par Jean–Philippe Denis (Université Paris Sud ), rédacteur en Chef de la Revue Française de Gestion.
8 novembre 2017, de 17h30 à 19h.

Socio sur Seine du 24 octobre – quelques impressions

Nouvelle session du Socio sur Seine, cycle de déjeuners conviviaux en bord de Seine, organisés par l’APSE.

Avec un nombre volontairement restreint de participants, nous nous sommes donc retrouvés à quinze convives à discuter de l’application des apports de la sociologie dans les univers professionnels. La plupart des nouveaux venus dans l’association.

“Nous avons trouvé l’invitation intéressante – venir discuter sociologie autour d’un déjeuner, ce n’est pas banal !”

Autour de la table, des sociologues praticiens, des étudiants, des consultants, des professionnels du monde de l’entreprise ou de la fonction publique, pour des échanges riches sur des sujets variés : l’impact de la réforme du code du travail sur les CHSCT, les recherches sur les effets des open spaces sur le travail, les “space planners”, les cultures nationales face au travail, la difficulté à rendre les sciences sociales audibles dans des univers de gestion, mais aussi la posture parfois idéologique des sociologues face au monde de l’entreprise…

Pour tous, l’envie de poursuivre les échanges à d’autres occasions proposées par l’APSE !

Vivement le prochain Socio sur Seine !

Cycle Les nouvelles formes du travail

L’APSE, en partenariat entre les Masters RH de la Faculté d’Economie Gestion (Université Aix-Marseille) et le LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail), organise cette année un nouveau cycle de conférences sur les enjeux et les problématiques actuelles du travail.

Pour cette 3ème année de conférences, nous inaugurons un nouveau cycle consacré aux nouvelles formes du travail.

– Comment les principes et les modalités d’organisation de l’activité de travail se transforment-elles aujourd’hui dans les organisations du secteur privé comme du secteur public ?
– Comment contribuent-elles à modifier les conditions de l’activité des salariés et les modalités de l’engagement dans leur travail ?
– Comment contribuent-elles également à déplacer les frontières traditionnelles du monde du travail et les rapports sociaux de production ?
– Quelles sont les conséquences sur ces nouvelles formes de travail sur celles et ceux qui le réalisent comme sur celles et ceux qui l’encadrent ?

Telles sont les questions transversales auxquelles ces conférences chercheront à apporter des éléments de réponse.

Les transformations du travail seront questionnées du point de vue des différents processus dont elles résultent, qu’il s’agisse de l’impact de la révolution numérique sur les modalités d’organisation du travail, de la diffusion de nouvelles normes managériales d’encadrement du travail salarié, ou encore de l’évolution des cadres juridiques et organisationnels à partir desquels se construisent les relations de travail.

Ouvertes à toutes et tous, étudiants, représentants du personnel, professionnels des RH et salariés, ces conférences sont pour cela organisées autour de la présentation, par leur auteurs, de récents ouvrages de sciences sociales, consacrés à l’étude des transformations du monde du travail et des pratiques de management dans les établissements français.

9 novembre 2017, FEG Aix-Ferry Amphi A, 17h30 – 19h30 (14 av. J. Ferry ) : Mélanie Guyonvarc’h, Maître de conférence en sociologie à l’université d’Evry, Centre Pierre Naville, Performants… et licenciés. Enquête sur la banalisation des licenciements.
Le licenciement est aujourd’hui devenu ordinaire. Les restructurations d’entreprises sont diffuses, en temps de crise comme de prospérité. Il est attendu des salariés qu’ils s’adaptent à cette nouvelle donne.
A partir d’une enquête sur des plans de licenciements concernant des domaines de pointe, des salariés dits performants et a priori adaptés à ces nouvelles exigences, dans des entreprises gagnantes au regard des normes en vigueur, l’ouvrage interroge tout à la fois le rôle des acteurs RH dans la banalisation idéologique et gestionnaire du licenciement, et sur le nouveau rapport au travail qu’il induit pour des salariés tiraillés entre une adhésion exacerbée aux valeurs de l’entreprise et une perte profonde d’attaches.

23 novembre 2017, FEG Marseille, Amphi B, 17h30 – 19h30 (14 rue Puvis de Chavannes 1er arr.) : Maud Simonet, chargée de recherche CNRS, IDHES-Université de Nanterre Paris X, Le travail bénévole, engagement citoyen ou gratuit ?
Généralement célébré comme un espace d’engagement désintéressé, le monde associatif ne se résume cependant pas à cette seule dimension. Il constitue également un espace de travail en pleine expansion, qu’il soit réalisé par des bénévoles ou bien par des salariés, aux statuts très variés. Le développement de dispositifs tels que le service civique contribue précisément à brouiller la frontière entre travail et bénévolat, et justifie de s’interroger sur les enjeux sociaux et politiques de ce que l’auteure qualifie de « travail bénévole ». Ses travaux s’appuient pour cela sur plusieurs enquêtes de terrain sur le bénévolat et le volontariat en France et aux Etats-Unis. Il s’intéresse aux usages multiples de ce travail invisible, du point de vue des pouvoirs publics qui le soutiennent, des organisations dans lesquelles il s’exerce et des acteurs qui l’investissent, comme un travail libre et idéal pour les uns, ou comme un tremplin obligatoire et contraint vers l’emploi pour d’autres. Ses enquêtes mettent alors en lumière le rapport ambivalent que le travail bénévole entretient avec le travail salarié, qui interroge sur les contradictions de l’engagement et sa capacité à produire de la précarité.

25 janvier 2018, FEG Aix-Ferry, Amphi A, 17h30 – 19h30 (14 av. J. Ferry ): Sarah Abdelnour, maître de conférences en sociologie à l’université Paris Dauphine, IRISSO, Moi, petite entreprise ? Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité.
« Faire de la France un pays d’entrepreneurs », tel a été l’un des objectifs des politiques menées ces dernières années, dont le point d’orgue est le régime d’auto-entrepreneur, qui a suscité depuis 2008 plus d’un million d’inscriptions. Une analyse du modèle
du « tous entrepreneurs » met en lumière l’origine
libérale de ce type de politiques mises en place par des opposants au modèle salarial. Il en ressort également qu’au-delà de l’autonomie parfois recherchée, la promotion de l’auto-entrepreneuriat séduit notamment en se présentant au service de ceux qui veulent s’en sortir. La fragilité des auto-entrepreneurs est pourtant patente, puisque 90 % d’entre eux gagnent moins que le SMIC et que tous perdent les acquis sociaux du salariat dans une société en voie d’ubérisation. Quel est le sens politique de cette nouvelle injonction à être entrepreneur de sa vie ? En quoi cela vient-il bousculer le modèle social français ? Comment expliquer la mise à leur compte si rapide de plus d’un million d’individus et comment les vies de ces travailleur-se-s s’en sont-elles trouvées modifiées ? Que signifie cette nouvelle injonction à être entrepreneur de sa vie ? Pour le comprendre, cet ouvrage s’appuie sur une enquête sociologique menée à partir de données statistiques et d’une soixantaine d’entretiens, qui permettent notamment de restituer le parcours et le quotidien de ces travailleurs d’un nouveau genre.

29 mars 2018 FEG Marseille, Amphi B, 17h30 – 19h30 (14 rue Puvis de Chavannes 1er arr.) : David Gaborieau, Docteur en sociologie à l’université de Paris 1, Des usines à colis. Trajectoire ouvrière des entrepôts de la grande distribution.
Dans les entrepôts de la grande distribution alimentaire, l’introduction d’un nouvel outil de travail, le guidage par commande vocale, a considérablement modifié le travail des préparateurs de commande. Auparavant caractérisée par l’absence d’enchaînement et la possibilité de prendre de l’avance, l’activité de préparation a évolué vers une temporalité restrictive comparable à celle d’un ouvrier sur chaîne. Sous guidage vocal, « le nez dans le micro », le savoir-faire des préparateurs est réduit à un engagement physique. L’usage du corps constitue alors une ressource en tant mode d’appropriation du sens au travail, mais également un rempart lorsque des pathologies font apparaître les limites de l’intensification.

Renseignements et inscription en ligne (à partir d’un mois avant chaque évènement) sur le site de l’APSE.

Bienvenue sur le blog de l’APSE

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le blog de l’APSE.

A travers ce blog, nous vous proposons de suivre les coulisses de l’association, d’accéder différemment à nos évènements, de découvrir les moments de convivialité qui font aussi ce pourquoi nous aimons nous réunir pour échanger, débattre mais aussi exprimer nos désaccords sur une sociologie engagée dans les milieux professionnels.

Nous relaierons également ici des annonces d’associations et institutions amies pour des conférences, formations, publications diverses, offres d’emplois qui peuvent intéresser nos adhérents et sympathisants.

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos suggestions pour améliorer ce blog et faire passer des informations qui vous semblent pertinentes dans le cadre de notre mission de mise en visibilité des recherches et pratiques de la sociologie de l’entreprise.