Le tour de France de l’APSE reprend… si vous nous aidez un peu !

En 2018, en préparation des 20 ans de l’association, nous avions commencé un tour de France de l’APSE pour aller à la rencontre de nos adhérents et sympathisants.

Notre récente enquête en ligne montre que beaucoup d’entre vous souhaitez voir l’APSE organiser plus régulièrement des activités en régions… nous avons donc décidé de reprendre ce tour de France, pour tisser de nouveaux liens.

Après Toulouse, Marseille, Lyon, Grenoble, bientôt Nantes… quelle pourrait être notre prochaine étape ?

Pour cela nous avons besoin de vous !

Si vous souhaitez que nous organisions une rencontre APSE près de chez vous, contactez-nous ! Vous pourrez nous aider à trouver un lieu agréable (café, restaurant…), une date qui vous convienne, et nous nous chargeons de diffuser l’annonce sur le réseau APSE. L’occasion de rencontrer d’autres professionnels intéressés par les usages de la sociologie et des sciences sociales en entreprise. Un membre du conseil d’administration de l’APSE viendra vous épauler pour animer les premiers échanges, présenter l’APSE et nos activités. Et pourquoi pas vous aider à installer par la suite une antenne locale de l’APSE pour des évènements plus réguliers autour de la sociologie appliquée en entreprise !

Vous êtes intéressé(e) ? Ecrivez-nous en cliquant ici.

Travail libertaire et utopies concrètes (11 avril 2019, Marseille)

L’APSE est partenaire de l’Atelier de recherche Travail et Libertés (ArTLib) à l’IMéRA (Université Aix-Marseille). ArTLib est un groupe interdisciplinaire et international qui vise à discuter et diffuser d’une façon innovante des idées et des pratiques liées aux transformations profondes engendrées par le travail contemporain dans la sphère des libertés personnelles et collectives des individus.

A l’occasion du cycle de conférences “Travail et Libertés aujourd’hui”, ArTLib organise sa seconde session publique d’échanges autour des travaux de Michel Lallement, sociologue (CNAM, Paris), auteur de L’Âge du faire, Hacking, travail, anarchie (2015) et coauteur de Makers – Enquête sur les laboratoires du changement social (2018).

Aux marges du système économique dominant, des utopistes bricolent depuis longtemps des formes alternatives de travail, dont l’ambition est d’émanciper ceux qui les pratiquent des dominations de toutes sortes. En opérant une plongée anthropologique au cœur d’expérimentations sociales concrètes d’hier et aujourd’hui, en France et aux États-Unis, il s’agira de brosser le tableau de ce que l’on pourrait nommer un «travail libertaire», de repérer les promesses dont celui-ci est porteur et d’évoquer quelques interrogations pour notre futur que celui-ci suscite.

Venez nombreux échanger le jeudi 11 avril, 17h30, à l’IMéRA, Maison des Astronomes – 2 place Le Verrier, 13004 MARSEILLE.

La conférence est ouverte à toutes et tous, sans inscription préalable.

Dialogue(s) en entreprise – Retour sur la rencontre du 7 février 2019

C’est le 7 février dernier qu’a eu lieu un après-midi de rencontre-débat dans le cadre du cycle de rencontres de l’APSE sur le thème du dialogue en entreprise.

Construite autour de deux témoignages suivis de discussions en petits groupes puis de mise en commun et débat en plénière, cette rencontre a proposé d’interroger l’émergence de nouvelles formes de dialogue au travail. Dans cette perspective, une quarantaine de personnes – principalement consultants et acteurs du monde l’entreprise – ont pris le temps, de 14h à 18h, pour des échanges et des discussions nourris tant par les témoignages que par l’expérience de chacun.

Dans un contexte d’incertitude généralisée et de changement permanent et en accélération quelle place peut être faite en entreprise à la mise en commun de sens qui caractérise le dialogue ? Quel rôle peut jouer la sociologie de l’entreprise et d’autres approches en sciences humaines et sociales pour des dialogues qui soient une ressource stratégique adaptée aux transformations contemporaines ?

Le premier témoignage, par Catherine Boucher, intervenante Cyrcée, et Claire Rueff-Escoubes, intervenante Agasp, a porté sur la mise en place dans le département d’un grand groupe du secteur assurances d’un dispositif méthodologique d’expression et de concertation. Visant à développer la qualité de vie au travail, le dispositif s’appuie sur les travaux de Gérard Mendel en psycho-sociologie.

Le 2nd a porté sur une action collective de développement du leadership dans un département d’un grand organisme de recherche publique. Les témoins, chercheurs de ce département, étaient May Balabane – Parent du Châtelet, à l’époque co-conceptrice/animatrice de cette action basée sur les concepts et méthodes de la sociologie de l’entreprise et Guy Richard, à l’époque chef du département.

Les réflexions en groupes animés par des membres du conseil d’administration de l’association et les échanges en plénière ont mis en exergue quelques-unes des dimensions d’un dialogue qui loin de toute banalisation de la parole et de l’échange pourrait constituer une ressource stratégique dans l’entreprise.

« Le temps, le temps, le temps et rien d’autre ! ». Le temps d’un tel dialogue est aussi un temps pour élaborer, concrètement, conjointement, au plus près de l’activité et du travail réels.

Comment créer les conditions pour que la parole soit possible ? C’est cette question qui s’invite au cœur de la problématique. Des garants bien identifiés d’une règle du jeu explicite et partagée, une direction engagée à répondre à ce qui ressort du dialogue, la conscience de scènes où l’on est dans la parole et de scènes où l’on donne à voir ce qui s’élabore par le dialogue : autant d’incontournables. Le rôle des méthodologies d’intervention apparaît central.

Ouvrir par le dialogue un espace de partage et de débat, malgré les dissonances et surtout avec elles, s’aborde différemment selon les identités collectives. Le choix de méthode est contexte-dépendant.

Que le dialogue s’initie dans un cas sur fond de crise et dans l’autre à partir d’une envie de progresser, le renvoi d’image sur les deux témoignages est qu’il y a bien un « avant » et un « après ».

Sans tension, pas d’enjeux ! Dialoguer pour retrouver du pouvoir d’agir ? Pouvoir se protéger si la représentation du dialogue est celle d’une injonction à discuter ? Cette ouverture du champ en forme de dilemme a émergé vers la fin de notre rencontre. Elle nous semble ouvrir la voie à des réflexions et rencontres futures intéressant la sociologie de l’entreprise dans le contexte de notre XXIème siècle commun.

Cette rencontre était animée par May Balabane - Parent du Châtelet, vice-présidente de l’APSE, et Grégory
Lévis, président de l’association. Le groupe d’organisation du cycle de rencontres-débats de l’APSE sur le
dialogue en entreprise - réalisé en partenariat avec CELSA-Sorbonne Université et Nonfiction - comprend
également Catherine Boucher, intervenante à Cyrcée Consulting, Danièle Cerland-Kamelgarn, vice-présidente de
l'APSE, Elisabeth Grosse, consultante en organisation du travail, et Olivia Foli, maîtresse de conférences au
CELSA-Sorbonne université.

Retour sur la conférence-débat à propos de l’expérience Lip

La conférence de Guillaume Gourgues, maître de conférences à l’Université de Franche Comté, sur “l’expérience Lip” s’est déroulée à Marseille le 21 mars en présence d’une quarantaine de participants.

Sur la base de documents d’archives et d’une connaissance intime du terrain avec de très nombreuses anecdotes, c’est un exemple d’analyse sociologique et politique du milieu des ouvriers catholiques, de la CFDT et du PSU au travers d’une expérience où l’activité économique est mise au service de l’emploi, et non l’inverse.

L’ouvrage montre que face à une proposition syndicale qui pose les bases d’une reprise de l’activité économique “gestionnaire”, bien loin du folklore de l’auto-gestion ou du modèle coopératif, 3 types d’acteurs ont “tué” Lip : le patronat qui développe les prescriptions libérales, l’Etat incapable de contrecarrer les naufrages industriels, et les actionnaires de l’industrie horlogère suisse adeptes d’un capitalisme froid et autoritaire.

Aujourd’hui, ce type d’initiative pourrait retrouver une actualité car les conditions de reprise d’activité avec le soutien des organisations syndicales offrent une vraie perspective d’action et de réflexion sur les rapports entre capital et travail, bien au-delà d’une nostalgie un peu triste du passé.

Guillaume Gourgues nous a transmis, par sa verve et son enthousiasme, une véritable énergie pour voir les choses autrement.